Balade familiale "des abeilles et des fleurs"
Dimanche 2 juin, de 10h à 11h45

 

Venez en famille découvrir les fleurs et plantes sauvages comestibles qui longent la Bruche, de même que les insectes - abeilles et autres pollinisateurs - qui vivent là. 
Notre balade sera ponctuée de jeux, d'activités d'observation et créatives et se conclura par une petite dégustation.

 

Il reste encore quelques places! 
Renseignements et inscription auprès de lenvertdudecor.contact@gmail.com ou au 07 82 32 43 80

http://www.lenvertdudecor.fr/

Fête de l'abeille et du miel  le 2 juin ! 

 

Programme de la journée :

 

Ø  10h -11h45 : Balade familiale " des abeilles et des fleurs".  Inscription auprès de lenvertdudecor.contact@gmail.com ou au 07 82 32 43 80 

Ø  15h : conférence avec Michel Kernéis : Quelles perspectives d'avenir pour l'apiculture dans un monde avec moins d'abeilles ? (entrée libre)

 

Toute la journée nous proposons différents stands et ateliers pour petits et grands : découverte de la ruche (ruche vitrée), présentation de l’apiculture, expo photos, diaporama, extraction de miel, vente des produits de la ruche, produits bio et artisanaux, vente de matériel apicole, animation pour les enfants.

 

Restauration, barbecue sur place, pâtisserie au miel seront également proposées durant cette journée.

 

 

Vous trouverez ci-dessous le bulletin d'inscription :

Télécharger
2019 03 12 Formation Elevage de reines l
Document Adobe Acrobat 265.3 KB

L'assemblée générale du GDSA 67 aura lieu à la Maison des Elèves à Molsheim le samedi 16 février 2019 .


Pour nos membres : 

 

Notre assemblée générale aura lieu le vendredi 15 février 2019 à 19 h à la Maison des élèves rue Charles Mitsler à Molsheim.

 

Chères amies apicultrices, 

Chers amis apiculteurs,

 

Le conseil d’administration et moi-même 

vous souhaitons de joyeuses fêtes de Noël, une

très belle année 2019.

Les lumières de ces fêtes nous montrent,

malgré les événements douloureux, le chemin de

notre humanité en marche vers son idéal de

fraternité. Nous transmettons ces valeurs au

sein de nos familles, au cœur de notre engagement et de nos rencontres apicoles.

 

L’année s’annonce pleine de ces promesses sous les toits de notre association riche de 160 membres. Nous avons besoin de bonnes volontés pour épauler les bénévoles de notre comité, entretenir nos 3 ruchers associatifs, réaliser les petites transhumances, extraire le miel, …. Les tâches ne manquent pas.

Nos anciens nous ont légué un outil très précieux. Il nous appartient de poursuivre leur œuvre, de partager nos compétences et de préparer ainsi l’avenir à transmettre à nos enfants. La situation actuelle de notre environnement nous appelle à assumer nos responsabilités. Les portes du CAM vous sont largement et fraternellement ouvertes.  

 

 Afin de faciliter le travail de notre trésorière et de nos secrétaires, je vous demande de bien vouloir retourner votre fiche d’adhésion avant le 15 janvier 2019. Vous aiderez ainsi grandement le travail de nos bénévoles. 

 

Nous vous remercions de votre compréhension et de l’aide que vous nous apporterez.  

  

Votre conseil d’administration                                 Votre présidente, Gabrielle Ehrmann-Kempgens 

Apprendre à planter des arbres pour les abeilles

L’association Haies vives d’Alsace, dédiée à la promotion de l’arbre champêtre, organise avec la Fédération des syndicats des apiculteurs du Bas-Rhin une tournée de plantation de haies chez des apiculteurs. 
Objectif : lutter contre la perte des pollinisateurs et l’effondrement des ruchers.
La caravane fera étape dans six sites, dont cinq dans le département.

Le programme et les dates sur le site de l'association    :      http://haies-vives-alsace.org/caravane-api-2018/

 

Sortie en famille au Moulin d'Eschviller (57720 VOLMUNSTER) le dimanche 30 septembre 2018.

 

.

 

Au programme : 

 

Covoiturage au départ du Centre Apicole à Molsheim.

 

Le matin 10h30 : Visite guidée du rucher école et de la scénographie apicole (gratuit)

 

Puis, si vous le souhaitez, repas au restaurant du Moulin, sinon possibilité de pique niquer sur place.

 

L'après midi : Visite du moulin à grains et de la scierie (3,50 € pour les adultes ; 2,50 € pour les moins de 16 ans ; gratuit pour les moins de 6 ans)

 

Plus d'infos sur www.moulindeschviller.fr

 

Si vous êtes intéressés, merci de nous confirmer votre participation par email : centre.apicole.molsheim@gmail.com

 

 

 

SORTIE AU MOULIN d'ESCHWILLER : dimanche 30 septembre

 

Visite guidée du rucher école et de la scénographie apicole suivi d'un repas au restaurant du Moulin. Le rucher narre l'étrange symbiose entre l'apiculteur et ses abeilles.

 

L'après midi : Visite du moulin à grains et découverte de la fabrication de la farine avant l'arrivée de l'électricité. Visite de la la scierie retraçant l'histoire et l'évolution des techniques forestières 

 

 http://www.moulindeschviller.fr/

 


ECHANGE avec les apiculteurs de Levice (Slovaquie)

 

Du 12 au 16 juillet 2018 quelques membres du Centre Apicole de Molsheim se sont rendus en Slovaquie pour rencontrer les membres du syndicat de Levice.

 

 


Suspicion « Aethina tumida » : fausse alerte !

 

Voici les dernières informations qui nous sont parvenues, de l’ITSAP Institut de l’abeille.

 


« Suite à la suspicion de présence d’œufs d'Aethina tumida lors d'une importation de reines en provenance d'Argentine, ci joint quelques nouvelles informations en provenance de la DGAl :
. Les analyses de l'Anses sont non concluantes et ne pourront être refaites par manque de matériel biologique (oeufs),
. L'Anses évalue cependant le risque d'introduction d'un adulte avec les reines de nul à quasi-nul du fait du respect de la réglementation relative aux importations de reines d’abeilles par l’apiculteur importateur
. Les ruchers dans lesquels les reines ont été introduites seront inspectés deux fois à un moins d'intervalle pour assurer une surveillance.

Une surveillance programmée va également être mise en place autour de l'aéroport de Marseille, lieu d'introduction du lot sur le territoire national.

Un point d'information a été mis en ligne : http://agriculture.gouv.fr/parasite-des-abeilles-aethina-tumida-suspicion-non-confirmee

Par ailleurs la DGAl rappelle "de prendre contact avec la direction départementale en charge de la protection des populations en amont de toute introduction en France d’abeilles ou de bourdons provenant de l’étranger. Le non-respect de la réglementation expose non seulement à des risques sanitaires, mais aussi à des poursuites pénales.  À titre d’exemple, un apiculteur de la région Occitanie ayant importé au premier trimestre 2018 des reines en provenance d’Argentine et n’ayant pas respecté la réglementation relative aux importations d’abeilles, notamment le contrôle au lieu de première destination de cagettes et d’ouvrières accompagnatrices, fait actuellement l’objet de poursuites pour non respect de la réglementation relative aux importations d'animaux en application de l’article L. 237-1 du code rural et de la pêche maritime. L’ensemble des ruchers destinataires des reines de cet apiculteur ont été placés sous arrêté préfectoral de mise sous surveillance jusqu’à ce que le risque d’infestation par les parasites exotiques Aethina tumida et Tropilaelaps spp. soit écarté. "

Julien VALLON
Responsable Bioagresseurs

ITSAP Institut de l’abeille.

 

 

Suspicion de présence d’œufs d’Aethina tumida en France ! 

 

Nous précisons que si les premières analyses ont été conduites au laboratoire départemental du 67, ce n’est pas parce que des apiculteur locaux sont incriminés mais bien parce que ce laboratoire est l’un des seul à avoir la compétence nécessaire pour conduire ces analyses.

 

Dans son communiqué de presse, la DGAL indique d’ailleurs que « les reines ont été introduites dans les ruchers de huit exploitations apicoles situées dans la Drome, le Vaucluse, l’Ardèche, le Loir-et-Cher et le Maine-et-Loire. Les DDPP de ces départements réalisent actuellement des investigations pour identifier l'ensemble des ruchers où ces reines ont été introduites ».

 

L’ANSES réalise actuellement les analyses nécessaire pour confirmer l’identité des œufs détectés.

 

Rappels :

-          Privilégier l’approvisionnement auprès de producteurs locaux de reines et d’essaims (ne pas importer , c’est éviter les risques !).

-          Toute importation d’abeille (essaim, reine, …) devrait obligatoirement être contrôlée par les services de l’Etat. Exigez les certificats !

-          En cas de suspicion d'un danger sanitaire de première catégorie, il est obligatoire de prévenir les autorités sanitaires (soit, en Grand Est, les DDPP indiquées sur notre site Internet -

-          Aethina tumida est également susceptible de se diffuser en Europe via les importations de plantes et d’agrumes (présence de larves dans la terre, présence d’adultes dans les cagettes d’agrumes). 

-          Soyons tous vigilants !


Fête de l'abeille et du miel - dimanche 2 juillet 2017

Programme et Animations :

 

10h30 Balade à la découverte des plantes comestibles et mellifères le long de la Bruche (sur inscription et payant auprès de lejardindegribouille65@orange.fr, durée 1h30)

14h30 : conférence : M. Muhr la merveilleuse histoire d’une alvéole (entrée libre)

 

Toute la journée nous proposons différents stands et ateliers pour petits et grands : 

  • Découverte de la ruche (ruche vitrée), extraction de miel à la miellerie, présentation de l’apiculture
  • Vente des produits de la ruche
  • Stand Amap, le potager du Rosenmeer
  • Stand des arboriculteurs de Molsheim
  • Exposition de photos sur le faune et flore
  • Stand découverte des plantes comestibles et mellifères
  • Ateliers et animation pour les enfants : bricolage autour de l’abeille, jeux, bougies de cire à rouler

 

 

Restauration et pâtisserie au miel seront également proposées durant cette journée.

Rendez-vous : dimanche 2 juillet de 10h à 17h

pour notre fête de l’abeille et du miel 2017

 

Cette année encore nous voulons présenter aux petits et grands le monde passionnant des abeilles.

 

Nous ouvrons nos portes, parce qu’à Molsheim le Centre Apicole est fier de son dynamisme, de sa convivialité, de ses installations. C’est un moment privilégier pour nous retrouver et remercier nos partenaires.

 

Merci de vous réservez un moment dans cette journée pour prendre part à cette fête.

 

PROJECTION DU FILM DE PIERRE RAHBI AU NOM DE LA TERRE

 

VENDREDI 24 MARS 2017 A 20H AU CINEMA DES ROHAN À MUTZIG

 

Cette année encore les apiculteurs du Centre Apicole de Molsheim, lancent l’opération « Miel de la solidarité ». Nous vous proposons de soutenir par le don de quelques pots de miel l’association de notre collègue et ami Alain Armand, " Actions et Echanges slaves".

 

La détresse n’a pas de frontière!

Avec Alain, cette année qu’une petite part de notre miel adoucisse les journées d’enfants, d’adultes blessés par la vie.

 

 

Pour les membres du comité, Laurence Hoerter, présidente

 

 

Nous vous proposons de déposer votre miel lors de la conférence du 9 décembre, en pot non étiquetés. (Contenance à votre convenance) Alain sera présent lors de notre conférence pour présenter plus en détail les actions de son association.


Le mot du Président d'AES Alsace, Actions et Echanges Slaves,

 

Chers collègues apiculteurs du CAM,

 

C'est avec beaucoup de joie et reconnaissance que nous avons appris la nouvelle de la proposition du projet "Miel de la Solidarité" au profit de notre association humanitaire.

 

Nous avons fondé notre association voici 10 ans et nous travaillons dans la ville de Loutsk, 220000 habitants, à l'ouest de l'Ukraine loin des conflits qui y règnent à l'est.

 

Nous travaillons dans le domaine culturel avec des échanges scolaires, universitaires et médicaux, et le domaine humanitaire en soutenant des associations engagées dans le soins auprès d'enfants ou adultes handicapés moteur, hôpital public, centre de secours."

Durant 4 ans, nous soutenions le projet de la "Brique du cœur" pour la construction de la première maison d'accueil pour handicapés adultes dans la région de Volynie.

 

Ce n'est pas tout de construire, mais il faut aussi faire vivre cette organisation. Nous avons créé le projet "PARRAIN de VIE"  qui permet de financer  le salaire de deux aides de vie scolaire pour trois enfants handicapés moteur à hauteur de 104 euros par mois par personne, d'une infirmière et deux auxiliaires de vie à hauteur de 150 euros par mois et par personne. 

 

100% des dons sont reversés aux associations ukrainiennes bénéficiaires.

 

Votre soutien contribuera à soutenir le projet "Parrain de vie". Grâce à vous, vous permettez à Sophia, Daryna et Daniel de suivre une éducation scolaire dans une école privée car il n'y a pas de possibilité d'aller à l'école dans le service public et à 17 adultes handicapés moteur de pouvoir être soignées et vivre dans des conditions respectueuses de la personne.

 

Merci d'être un maillon de la solidarité et de partager avec votre geste nos valeurs humanitaires.

Que cette fin d'année, avec l'approche des fêtes soit porteuse d’espérance et vous apporte joie, amour et bonheur.

Que vous puissiez partager ces valeurs avec votre famille et vos amis.

Merci encore d’avoir fait, avec nous, un pas vers l’autre …………….

 

Alain ARMAND, Président de l’association AES Alsace

 

www.aesalsace.org



Comment les abeilles résistent-elles aux fléaux qui les menacent ? C’est le dossier du mois d'octobre du nouveau numéro de La Recherche.

 

Pour expliquer le déclin des populations d’abeilles domestiques et sauvages, on a beaucoup incriminé les pesticides. De fait, la nocivité de certains d’entre eux a été établie, en laboratoire et en champ. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt. Les abeilles sont frappées par un grand nombre de stress, qui, combinés, ont plus d’effets que s’ils étaient appliqués séparément. Résisteront-elles à cet “effet-cocktail” ? Nous ne jouerons pas les oracles. Néanmoins, notre enquête montre aujourd’hui qu’elles ont en elles des ressources pour résister à certaines de ces menaces. Des ressources que les scientifiques commencent à exploiter.

 

http://www.larecherche.fr/parution/mensuel-516

 

Dans le cadre de la Fête du Raisin, lundi nous avons eu le plaisir de rencontrer les enfants des écoles de Molsheim :

La présence du frelon asiatique en Alsace

 

Nous avons pu lire dans les DNA du jeudi 14 juillet 2016 la présence supposée en Alsace du frelon asiatique tant redouté. Au moment de la rédaction de ce texte, la preuve absolue n’existe pas, néanmoins les présomptions sont assez fortes. Ce n’est pas étonnant car depuis deux ans nous sommes cernés de toutes parts ; sa présence est attestée au Palatinat près de la frontière avec l’Alsace, au pays de Bade, en Moselle et Meurthe et Moselle. Si sa présence était confirmée, le périmètre concerné serait celui de la région de Molsheim. Pour les apiculteurs il y a lieu de savoir ce qu’il convient de faire actuellement et d’observer son déploiement sur la région Alsace.

 

Dans l’immédiat :

Ø  pas de panique pour l’instant, s’il y a présence, cet insecte ne fait que de s’installer, il n’est pas encore en nombre. En principe, il se déploie en premier lieu le long des cours d’eau avant de se disperser plus loin.

Ø  Pour l’instant rien ne sert de piéger surtout pas près d’un rucher car en définitive on attirerait éventuellement les frelons et leur ferait découvrir le formidable garde manger que sont les ruches. Si des pièges de contrôle devaient être mis en place tenez les éloignés de tout rucher ou ruche.

Ø  Effectuez des observations fréquentes près des ruches pour voir s’il n’y a pas de frelons en vol stationnaire devant les ruches.

Ø  Redoublez de vigilance pour détecter éventuellement un nid qui est établi à l’intérieur d’arbres, arbustes ou haies.

Ø  Si un nid est détecté il faudrait prévenir la protection civile (18) pour éliminer ce nid. N’essayez pas de détruire par vous-même car vous risquez d’être exposé à de graves piqures.

Ø  Evitez tout choc important sur le support du nid (arbre, haie, autres), les frelons défendent ardemment leur nid et n’hésitent pas à se ruer sur tout être qui bouge, humain ou animal.

 

Concernant l’article des DNA du 14 juillet 2016, certains points évoqués sont exacts d’autres non, il s’agit donc de bien séparer le bon grain de l’ivraie. Il faut préciser dès le départ que le frelon asiatique est pour certaines administrations, organismes, associations, entreprises une véritable aubaine, pour des subventionnements des collectivités, d’Etat, Territoriales et Européennes.  Pour certaines entreprises cela peut s’avérer bénéfique, les pompiers pour l’instant procèdent encore à l’éradication des nids mais pour combien de temps encore. Certaines interventions pratiquées par des entreprises privées sont facturées à des prix prohibitifs. Un exemple, l’université de Tours c’est fait fort en 2014 de mettre au point un piège sélectif à 100 %, il devait être mis à l’épreuve une dernière fois en 2015, pour être commercialisé en 2016, depuis plus d’un an aucune information, cette université faisait l’objet de subventionnements européens, nous verrons si ce piège sera un jour opérationnel. 

 

Il faut préciser les points suivant, compte tenu des expériences et vécus des apiculteurs, de leurs syndicats, qui sont confrontés à cet insecte et qui ont lieu de recommandations:

Ø  La progression annuelle peut aller jusqu’à 100 km.

Ø  Les petits ruchers (moins de 30 ruches) sont plus menacés que ceux qui sont davantage consistants. Des ruchers entiers peuvent être entièrement vandalisés et détruits par les frelons qui pillent miel, pollen, couvain et détruisent les cires.

Ø  Les piégeages ne sont pas contre-productifs même s’ils ne sont pas sélectifs à 100 %, si vous capturez une reine en automne – printemps, le nombre d’insectes qui sont mis à mort est mille fois plus important. Les grands nids ont un besoin journalier de 500 g de protéines ce qui exprime environ 15 000 insectes, un nid de frelon asiatique est l’équivalent de 6 nids de mésanges qui elles ne s’attaquent pas aux ruches comme vespa velutina. Des essais ont été effectués de ne pas faire des piégeages les résultats se sont avérés catastrophiques de nombreux petits ruchers détruits et des apiculteurs qui abandonnent leur activité apicole. Il y a par ailleurs peu d’insectes autres que des frelons qui sont pris dans ces pièges.

Ø  Les piégeages ont une efficacité dès fin février début mars jusque fin mai et de mi-août jusqu’à ce que les températures ne permettent plus les vols. C’est à ces périodes qu’on capture les reines fondatrices. Les appâts devront être plus sucrés car les reines en automne comme au printemps ont un besoin très important en protéines. Il faut les appâter dans un premier temps en un lieu éloigné de tout rucher avec des préparations sucrées, confiture, fruits sirop, etc… puis après 2 ou 3 jours on met ces préparations dans un piège pour capturer les frelons. Le sucre candi est un excellent appât, reste également les préparations d’appât qui sont en vente dans le commerce.

Ø  Les piégeages entre juin et mi-août n’ont pas de grande efficience, s’il y a lieu ils ne contribuent qu’à diminuer la pression. Au cours de cette période les préparations sont moins sucrées avec 1/3 de la masse en boisson alcoolisée du type bière brune.

Ø  Le radiant de vol est en moyenne de 800 m mais il peut être plus étendu, 1 km et plus est courant, néanmoins il se situe plus rarement jusqu’à 2 km.

Ø  Si ce n’est qu’un frelon qui vole près de ruches il n’y a pas encore gravité, à partir de 3 frelons il y a lieu de s’inquiéter, les abeilles sont en stress, elles ne sortent plus, plus de récolte de nectar et pollen, la ponte diminue contribuant à l’affaiblissement de la colonie, suivi d’une mise à sac intégrale de la ou des ruche (s).

Ø  Ne laissez surtout pas de cadre à miel même vide à lécher car non seulement vous risquez un pillage important sur votre rucher mais de surcroit vous attirez les frelons.

Ø  Pour les petits ruchers l’idéal est de détenir au moins un deuxième emplacement assez éloigné pour transhumer ses ruches dans l’éventualité où la pression des frelons serait trop forte.

Ø  Contrairement au frelon européen qui peut voler lors de nuits claires, le frelon asiatique reste cloitré dans le nid lors de la période nocturne, c’est à ce moment qu’il faut capturer et détruire le nid.

Ø  Les piqures elles peuvent être graves surtout pour les personnes allergiques au venin, contrairement à ce qui a été relaté dans le journal, entre 5 et 10 piqures voir moins suivant les personnes, peuvent conduire à une hospitalisation, allant jusqu’au décès.

Ø  actuellement suite aux présences attestées du frelon asiatique, il occupe sur une surface territoriale de la France qui s’établit à 80 % environ, soit plus de 30 % que celle qui a été indiquée dans les DNA.

 

Ces diverses remarques sont le résultat des expériences, du vécu et des observations que les apiculteurs ont effectués pour certains depuis plus de 10 ans, elles sont à prendre sous forme de recommandations dont chacun est libre de prendre ou laisser.

Pour conclure nous sommes en présence d’une inconnue, celle de connaitre comment le frelon asiatique va s’étendre et se développer sous les conditions climatiques de notre région. Il s’avère que dans les régions de montagnes notamment le Massif Central son développement est moins fulgurant et donc son impétuosité moins élevée. Nous verrons s’il adopte sous nos latitudes une biologie différente que sur les régions au climat océanique et méditerranéen. Nous sommes une région qui avons une petite apiculture mais dont la répartition des ruches est d’une forte densité sur l’ensemble du territoire. De ce fait, l’apiculture Alsacienne sera très fragile vis-à-vis de ce prédateur si son développement et sa vivacité sera au même niveau de certaines régions. Ce sera un grand handicap pour la pollinisation des espèces végétales cultivées et hors cultures. Il y a lieu de prendre collectivement par le biais des syndicats les mesures les plus adaptées à la situation, qui soit coercitives et efficientes dans le plus grand respect en matière d’environnement et de respect des écotypes de toutes natures. Il faut être conscient que les apiculteurs sont seuls face aux effets néfastes et dévastateurs de vespa velutina. Les administrations d’ordres divers n’ont jusqu’à présent que peu de préoccupation de la cause apicole en cette matière, peu de moyens conséquents ont été mis en place, espérons que les choses évolueront en positif à l’avenir.

 

                                                                                             Charles HUCK

lundi 6 juin 2016, visite des CP de l'école de la Monnaie de Molsheim.

 

Cette visite du Centre apicole de Molsheim a permis de faire découvrir aux enfants la vie de l’abeille, son rôle au sein de la colonie et de notre environnement.  

Gaby et Delphine les ont sensibilisés aux richesses du monde de la ruche et de ses produits. Ils ont également assisté à l’extraction de miel !

 

Un éveil dès le plus jeune âge sur le respect de l'environnement.

Les vertus de l’apithérapie

La médiathèque, la société des amis du Jardin et le centre apicole de Molsheim ont organisé en commun une conférence au Château Rohan intitulée « L’apithérapie : les produits de la ruche et leur utilisation chez l’Homme ».

 

La soirée était présentée par Gaby Ehrmann, Stéphane Couders à gauche et Charles Huck à droite. PHOTO DNA

2

Une centaine de personnes a porté toute son attention sur les quatre intervenants de la soirée : Stéphane Couderc de Vendenheim, producteur de gelée royale, André Domeneck de Rosheim, producteur de la propolis, Charles Huck de Mutzig, apiculteur, et Christian Busser, d’Obernai, pharmacien et naturopathe.

Menu de la soirée

En introduction, Gaby Ehrmann du centre apicole de Molsheim, créé en 1872, a présenté le menu de la soirée. Les quatre intervenants maîtrisent leur sujet et s’appuient sur des diapositives sur grand écran permettant au public de suivre plus aisément la conférence.

La gelée royale est une substance blanc nacré, de saveur acide produite par les jeunes abeilles ouvrières pour la nourriture des larves et pour celle de la reine qui en fait la nourriture exclusive de sa vie. Cela nécessite une organisation spéciale de la ruche avec un espace orphelin uniquement pour ouvrière et un espace séparé avec la reine. Le conférencier marque les différences entre la gelée royale française, produit frais directement conditionné dans son état originel et le miel asiatique que l’on constate aisément par analyse. On peut espérer une récolte de 500 à 800 g par ruche. Il énumère ensuite les bienfaits de la gelée royale sur le plan santé.

La propolis est la résine récoltée par les abeilles sur les bourgeons et les écorces de certains arbres notamment les peupliers. Les abeilles transforment cette substance en un mélange complexe d’enzymes, de cire végétale et de sécrétions salivaires. Là aussi cela nécessite de la part de l’apiculteur un traitement spéciale des ruches. Le produit a de multiples priorités notamment anti-infectieux, antiseptique, antibiotique, cicatrisant, anti-inflammatoire donc de nombreuses vertus à la fois préventives et curatives.

Enfin, le miel. L’abeille se nourrit de miel et le met en réserve pour passer l’hiver, elle produit plus qu’elle n’en consomme. Deux types de miel : le miel du nectar issu du nectar (sucre) et du pollen (protides) et le miellat qui vient de la sudation des plantes et des excréments de pucerons, plus riche en minéraux mais moins en pollen (miel de sapins, châtaigniers, chênes etc.). L’intervenant a également cité tous les bienfaits du miel.

Enfin, côté médical, le docteur en pharmacie a repris, tout ce que peuvent apporter, la gelée royale, la propolis et le miel face à diverses maladies.

Il a commencé par le venin d’abeilles : 10 piqûres peuvent mettre fin à une tendinite, elles peuvent apporter un mieux pour une sclérose en plaques. Il a poursuivi par les effets antibiotiques et cicatrisants du miel, les bienfaits du miel de thym, la cire d’abeille comme cosmétique, l’effet des produits de la ruche sur les muscles, le cœur, le cerveau, la croissance, la gelée royale antistress, anti-âge, endurance et récupération, la propolis comme antitumoral, antimicrobien etc.

bref, une conférence très dense où le côté pollinisateur de l’abeille a également été mis en exergue.